Changement de structure : du centre équestre à l’écurie de propriétaires

Toi qui me suis sur instagram, tu sais que depuis quelques jours, je suis installée dans une écurie de propriétaires. Aujourd’hui, je te raconte tout sur ce changement.

Coaching CSO

Le suivi et les cours d’équitation

Le 9 et le 16 novembre il y a un mois j’étais encore au CHBL. J’avais décidé de prendre des cours particuliers, en plus des cours collectifs, pour me préparer aux concours. Je voulais que mon travail à l’obstacle soit encadré; même si je me suis débrouillée toute seule cet été et que j’ai la chance d’être régulièrement filmée. Je me suis limitée dans les exercices pour ne pas brûler des étapes et parce que ça ne sert à rien de sauter pour sauter…

 

Pour réellement progresser, il me fallait un regard extérieur et surtout un suivi. Même si j’étais (et je suis encore) attachée à mon club, je n’ai pas trouvé de réponse adaptée à mon besoin.

 

Les limites du centre équestre

Je me suis retrouvée face aux limites de la structure centre équestre :
– beaucoup d’élèves et un planning bien rempli avec des installations souvent occupées
– des cours collectifs : donc pas de possibilité d’adapter les exercices et une faible intensité de travail (car nous sommes nombreux)
– un moniteur peu disponible (les meilleurs conseils que j’ai reçus étaient en dehors des cours)

 

J’ai pris la décision au bon moment. Il était l’heure de partir. L’heure de partir avant une méchante baisse de moral, l’heure de partir avant d’être frustrée. J’investis beaucoup de temps et d’argent, mes besoins évoluent, mes objectifs aussi.

 

 

Le manque de suivi c’est vraiment la raison principale de mon départ. J’avais le sentiment d’être dans le flou artistique des phrases bâteaux qui vous mènent nul part « ça prend toute une vie d’être cavalier » « il faut des années pour former un cheval ». Oui oui oui… Alors on commence par quoi et on va où ? Du sérieux, du travail et… de l’AMBITION oui ! Et pour ça il faut entretenir son moral (se fixer des objectifs, les atteindre, varier les activités).

Entretenir son moral

Pour le cheval

L’été dernier, des petits paddocks ont été aménagés au CHBL, dont 1 praticable en hiver (sous surveillance car en bord de route). Avec Armagedon nous en avons profité jusqu’à la fin des beaux jours. J’adorais l’emmener au paddock après notre séance de travail. Notre petit rituel a continué jusqu’à ce que mon planning ne me permette plus de le sortir quotidiennement au paddock. A partir de novembre j’arrivais au club vers 18h30. Non seulement il était tard, et avec le froid, je me voyais mal attendre de 20h à 21h dehors pour rentrer mon cheval dans la nuit. Pour la recherche de la nouvelle structure, je me suis donc dirigée vers une écurie de propriétaires, avec des services adaptés comme la gestion des sorties (et des couvertures).

 

 

Pour le cavalier

A cette période je n’ai pris aucun plaisir à venir au club, dans le sens où je ne pouvais pas m’occuper de mon cheval comme je le souhaitais. Il était tard, pour préparer j’étais dehors ou dans le petit box mal éclairé d’Armagedon, avec mon chariot sous la pluie . Pas d’aire de pansage, à l’intérieur il y avait du monde dans l’allée centrale (avec les cours en semaine et le samedi), et pas de auvent pour les boxs des propriétaires à l’éxtérieur. Il fallait composer avec une carrière pas toujours praticable et un manège occupé : « mission se frayer un chemin parmis les bambins ». Au retour de notre séance, je n’aimais pas l’idée de laisser Armagedon dans son box sachant qu’il n’était pas sorti de la journée.

 

Et puis il y a eu cette balade … Il n’y avait pas de chemin pour se promener au CHBL, mais le centre équestre proposait nombreuses activités. Je m’étais inscrite pour une balade en forêt et j’étais revenue avec un cheval en pleine forme. J’avais encore plus envie d’introduire les trottings dans notre planning hebdomadaire ! Le deuxième critère était clair : je voulais un lieu qui nous offre  la possibilité de faire des balades.

 

 

Sortir de sa zone de confort

Changer d’écurie, une décision pas facile

Le premier pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus.

J’avais mes habitudes au CHBL et surtout un super groupe de copines 😘. J’ai un lien affectif avec l’élevage de soulac, j’ai rencontré Armagedon là bas et c’est ici que j’ai recommencé à monter à cheval. Les 9 derniers mois étaient confortables pour construire notre duo dans un environnement qu’on connaissait tous les deux… Chaque chose en son temps. Et le temps était venu, de trouver notre coach, de passer au trio. Désormais nous sommes installés aux Écuries d’A Lys à Blanquefort – Château Saint Ahon.

 

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *